Une communauté unie

Communauté, Non classé, Visiteur November 30, 2016 No Response

Nous avons toutes entendu parler des réfugiés syriens. Les Canadiens sont, en général, ouverts à l’idée de les accueillir et de leur offrir une vie meilleure. C’est ce que les sondages nous disent, C’est ce qu’on entend aux bulletins de nouvelles. Dans la vie de tous les jours, nous n’y pensons pas trop.

Ma vie, votre vie, suit son cour. Métro dodo boulot, devoirs, leçons, activités en famille, première neige, cocktail WIM, guignolée, magasinage de Noël, cuisine entre voisines, palpitation lors de l’annonce du partenariat avec les Effrontés, épicerie, lavage, ménage et rebelote.

Puis un jour, une famille de réfugiés arrive dans notre communauté. Les enfants sont inscrits à l’école du quartier. Mes filles ne les ont pas vus, vos enfants non plus. Pourquoi? Les enfants ne sont pas allés à l’école, car ils n’ont pas de bottes d’hiver ni de vêtements chauds.

Et là, soudainement, tout devient concret. Des gens, comme vous, comme moi, des familles, des enfants ont fui la guerre et ont tous quitté dans la quête d’une vie meilleure. Ils sont heureux. Souriants. Vifs et franchement gentils. Et pourtant, ils ne mangent pas à leur faim. Ils ont le strict minimum. Des matelas, une table, des chaises. Pas de superflu. Pas de famille. Pas d’amis. Pas de réseau de proximité. Pas d’argent. Malgré cela, ils sont souriants. Est-ce eux qui ont le bonheur facile ou moi qui me plains pour rien ? Être loin de ma famille et mes amis, sans repères, sans sous, sans réseau et sans cafetière pourraient altérer mon bonheur, pas vous?

J’ai mal dormi en pensant à eux. Je réalise soudainement toute ma chance. Je promets de ne plus me plaindre quand j’irai en camping en rêvant d’une croisière Disney. Je décrète aussi à mes enfants qu’on ne peut pas se plaindre le ventre plein. On va les aider. Les WIM vont se mobiliser. C’est ça aussi la force d’un réseau de proximité.

Quelques appels et courriels plus tard, la Société Saint-Vincent-de-Paul de Verdun leur a donné des cartes d’épicerie. Vous n’avez pas idée de la joie que cela m’a procurée de leur remettre. Ça m’a donné des ailes. J’ai lancé un message à quelques voisines, puis aux WIM de mon quartier. En moins de 24 heures, les WIM du quartier (et ma super WIM à Boucherville) ont trouvé des habits de neige, des bottes, des vêtements chauds, un micro-ondes, de la vaisselle, des couvertures, des meubles, des jouets. Et, au moment où j’écris ces lignes, les enfants sont invités à un anniversaire. Ils y rencontreront des enfants de leur nouvelle école. L’école leur donnera leur fourniture scolaire et la Caisse Desjardins du quartier offre un panier de Noël et les premières denrées pour garnir le frigo et le garde-manger.

Le vrai bonheur se trouve là, dans l’entraide et le partage. Bien plus qu’au rayon des chaussures.

 

Joins-toi au Mouvement. Télécharge l’application mobile WIM !google-play-badgeDownload_on_the_App_Store_Badge_US-UK_135x40


1 Comment

Would you like to join the discussion? Feel free to contribute!

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *